Votre vitesse, ils ne l'oublieront pas si vite

Avis de la population sur les excès de vitesse
Comme pour les précédentes mesures d’attitudes, l’IBSR a demandé aux personnes interrogées en 2012 dans quelle mesure ils étaient d’accord avec les affirmations sur les excès de vitesse ci-dessous. Ces affirmations ont trait aux objectifs en matière d’attitudes des Etats Généraux.

De manière générale, on observe au fil des mesures d’attitudes (2003-2006-2009-2012) une plus grande tolérance envers les excès de vitesse. En 2012, seuls 56% des conducteurs sont d’accord avec l’affirmation "Pour moi, rouler vite, c’est socialement inacceptable". Il s’agit là du pire résultat depuis que de telles mesures sont réalisées. De plus, en 2012, c’est la première fois depuis 2003 que les conducteurs sont si peu nombreux à être d’accord avec l’affirmation "rouler vite c’est risquer sa vie et celle des autres" (74%).

Avis sur les excès de vitesse en fonction des caractéristiques du répondant
Sexe
Significativement plus de femmes que d’hommes estiment que rouler vite est socialement inacceptable (61% contre 51%) et que rouler vite c’est risquer sa vie et celle des autres (79% contre 70%).

Age
Globalement, nous constatons un effet graduel: plus le répondant est âgé, plus il est d’accord avec les affirmations sur l’inacceptabilité sociale et les risques (pour lui et les autres) d’une vitesse excessive. Les groupes les plus jeunes (18-29) et les plus âgés (63+) se démarquent des autres conducteurs.

Par rapport à toutes les autres catégories d’âge, les 18-29 ans (35%) sont significativement moins souvent d’accord avec le fait que rouler vite est socialement inacceptable. On dresse le même constat pour l’affirmation relative aux risques liés à une vitesse excessive. Les 18-29 ans (59%) sont significativement moins souvent d’accord avec cette affirmation que les autres conducteurs.

Votre vitesse, ils ne l’oublieront pas si vite
Avec la nouvelle campagne "Votre vitesse, ils ne l’oublieront pas si vite", l’IBSR souhaite toucher les conducteurs au plus profond d’eux. Le slogan s'applique tant aux conducteurs qui se tuent qu'aux conducteurs qui tuent d'autres personnes. Dans les deux cas, les accidents font des victimes indirectes (famille, amis, etc.) qui n'oublieront pas de sitôt la vitesse de la personne directement responsable de l'accident. C'est la raison pour laquelle l'IBSR a choisi une image interpellante. La responsabilisation des conducteurs est au centre de cette campagne: on est soi-même responsable de sa vitesse.

La nouvelle campagne est visible sur des affiches le long des autoroutes du 30 septembre au 27 octobre et aura pour but d’accroître l’inacceptabilité sociale vis-à-vis d’une vitesse excessive ou inadaptée.

Conclusion
A terme, notre objectif est que les effets négatifs de la vitesse dans la circulation fassent l’objet d’une vaste adhésion sociale.

Selon le Secrétaire d’Etat à la Mobilité, Melchior Wathelet, "l'adhésion sociale vis-à-vis de la vitesse excessive ou inadaptée est particulièrement importante. Un changement de mentalité est indispensable en ce qui concerne l'acceptabilité sociale des excès de vitesse si nous voulons réduire la nombre de victimes sur nos routes".

Plus d’infos sur la campagne: www.goforzero.be.

Multipermis

Dernière actualité

Nouveau semi-remorque

Nous sommes fières de vous annoncer l'arrivée de notre nouveau semi-remorque !

 
Contactez-nous
Contactez-nous
Contactez-nous